Économie Agriculture, pêche et aquaculture

L’agriculture

Face aux enjeux écologiques territoriaux et planétaires, l’agriculture française doit relever de nombreux défis, économiques, environnementaux et sociétaux. Dans ce contexte, elle diversifie et améliore ses pratiques en faveur de l’environnement : le développement de l’agriculture biologique, l’élargissement du réseau des fermes Dephy, la contribution à la production d’énergies renouvelables par méthanisation, la mise en œuvre de solutions technologiques innovantes, sont autant d’actions qui permettent d’évoluer vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

En bref

L’agriculture biologique constitue un mode de production respectueux de l’environnement. Elle repose sur la non-utilisation de produits chimiques de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés, le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures, la lutte biologique et le respect du bien-être animal.

Qu’est-ce que l’agriculture biologique ?
L’agriculture biologique se fonde sur un certain nombre de principes et de pratiques destinés à réduire au maximum l’impact de l’activité sur l’environnement, en utilisant des pratiques culturales les plus naturelles possibles, notamment en réduisant les intrants chimiques de synthèse. Ces principes ont été introduits en France après la seconde guerre mondiale. Sa première officialisation remonte à la loi d’orientation agricole (LOA) de 1980 et le terme " agriculture biologique " apparaît en 1991 dans un règlement européen qui reconnaît officiellement ce mode de production (règlement CEE 2092/91 du 24 juin 1991). Depuis le 1er janvier 2009, les opérateurs bio européens disposent d’une nouvelle réglementation harmonisée au travers du règlement cadre (CE) n°834/2007 du Conseil du 28 juin 2007 et du règlement d’application (CE) n°889/2008 de la Commission du 5 septembre 2008.

Des principes et pratiques identiques pour toute l’Union Européenne

La réglementation européenne via le règlement (CE) n°834/2007 précise l’ensemble des règles à suivre concernant la production, la transformation, la distribution, l’importation, le contrôle et l’étiquetage des produits biologiques. Il réaffirme les grands principes de l’agriculture biologique : gestion durable de l’agriculture, respect des équilibres naturels et de la biodiversité et promotion des produits de haute qualité dont l’obtention ne nuit ni à l’environnement, ni à la santé humaine, ni à la santé des végétaux, des animaux ou à leur bien-être. Ce règlement est complété par des règlements d’application, notamment le règlement (CE) n°889/2008.

Les pratiques de l’agriculture biologique incluent notamment :

  • la rotation des cultures, fondement même d’une utilisation efficace des ressources du sol ;
  • la lutte biologique, une méthode de lutte au moyen d’organismes vivants appelés auxiliaires des cultures, dont les plus connus sont : les coccinelles, les chrysopes, les syrphes, les guêpes, les carabes, les perce-oreilles, les araignées… qui sont carnivores et se nourrissent d’autres insectes et micro-organismes ;
  • la non utilisation de produits phytopharmaceutiques, engrais de synthèse ; antibiotiques, additifs, auxiliaires de transformation et autres intrants ;
  • l’interdiction des organismes génétiquement modifiés ;
  • le recyclage des matières organiques et l’utilisation des ressources de la ferme (par exemple, le fumier comme engrais ou des aliments produits sur place pour les animaux d’élevage) ;
  • le choix d’espèces végétales et animales résistantes aux maladies et adaptées aux conditions locales ;
  • l’élevage en plein air et en libre parcours et une alimentation des animaux avec des aliments d’origine biologique.

En savoir plus

L’agriculture biologique

En 2018, les surfaces cultivées selon le mode biologique représentent plus de 9 % des exploitations agricoles françaises (contre 0,5 % en 1995) et 7,5 % de la surface agricole utilisée (SAU). Elles s’étendent sur 2 millions d’hectares. Près de la moitié sont localisées dans trois régions (Occitanie 23 %, Auvergne – Rhône-Alpes 12 % et Nouvelle-Aquitaine 14 %).

En dehors des surfaces fourragères (61 %), 25 % des surfaces bio concernent les grandes cultures, 5 % la vigne, 4 % les fruits, les légumes frais et les plantes à parfums. Le nombre d’élevages bio continue de progresser avec 6 600 exploitations en bovins, 2 300 en ovins et 2 000 en poules pondeuses.

Dans l’Union européenne, en 2016, 291 326 exploitations agricoles cultivent selon le mode biologique. Elles s’étendent sur plus de 12 millions d’hectares (incluant les surfaces en conversion), ce qui représente plus de 6,2 % de la SAU européenne.

À l’échelle mondiale, en 2016, 87 pays ont mis en place une réglementation en faveur de l’agriculture biologique. Plus de 2,4 millions d’exploitations agricoles certifiées bio ont été enregistrées en 2015. La surface mondiale cultivée selon le mode biologique représente environ près de 51 millions d’hectares.

L’agriculture biologique en France

L’agriculture biologique constitue un mode de production respectueux de l’environnement. Il repose sur l’absence d’utilisation de produits chimiques de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés, le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures, la lutte biologique et le respect du bien-être animal.

Consulter L’agriculture biologique en France

Les fermes DEPHY

En 2018, les ventes de phytosanitaires s’élèvent à 85 900 tonnes en substances actives. Environ 95 % de ce tonnage est destiné à un usage agricole, faisant de la France le 2e utilisateur de phytosanitaires en Europe et le 8e rapporté à l’hectare.

Lancé en 2008, le plan Écophyto vise à réduire l’utilisation des produits phytosanitaires en France tout en maintenant une agriculture économiquement performante. Dans cette optique, un réseau de fermes pilotes appelé « fermes Dephy », a été mis en place en 2009, avec pour objectif d’expérimenter des techniques économes en produits phytosanitaires.

En 2018, ce réseau rassemble plus de 3 000 exploitations agricoles et couvre les six filières agricoles principales. En l’espace de 4 ans, les fermes du réseau Dephy ont diminué leur indice de fréquence de traitement de 18 % (toutes filières confondues), sans impact sur la productivité ou sur la marge à l’hectare.

Dans le cadre du plan Écophyto II, une nouvelle action intitulée « Groupes 30 000 » a été lancée en 2017. Elle vise à accompagner, d’ici 5 ans, au niveau national, 30 000 exploitations agricoles (soit 6 % des exploitations agricoles françaises) dans la transition vers l’agro-écologie à bas niveau de recours aux produits phytopharmaceutiques, en mobilisant les ressources et les enseignements issus notamment du réseau Dephy.

Vers la transition agro-écologique

Pour réduire l’usage des produits phytopharmaceutiques et opérer une transition vers l’agro-écologie, plusieurs dispositifs complémentaires ont été mis en place et renforcés par le plan Ecophyto 2 et par le plan Biodiversité.

Consulter Vers la transition agro-écologique
La certification Haute Valeur Environnementale (HVE)

Dispositif majeur des politiques publiques en faveur d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement, la certification Haute Valeur Environnementale (HVE) vise à pérenniser l’amélioration des pratiques par la valorisation des productions.

Consulter La certification Haute Valeur Environnementale (HVE)

Les pratiques culturales

En 2017, les grandes cultures couvrent 46 % de la surface agricole utilisée (SAU), dont un tiers semé au printemps. Si le labour aère le sol et en améliore la fertilisation, il affecte sa structure et sa biodiversité, accélère le déstockage de carbone et le lessivage de l’azote. Des techniques de conservation du sol, tel le non-labour (47 % de la surface en grandes cultures), limitent ces impacts, mais favorisent le tassement du sol, la prolifération de mauvaises herbes et des insectes ravageurs, impliquant un recours éventuel aux pesticides. L’implantation d’un couvert végétal hivernal, précédant 61 % des cultures de printemps, limite l’érosion et peut faire l’objet de valorisations énergétiques.

Les pratiques culturales : couvert hivernal sur les sols agricoles en France

En hiver, les sols nus peuvent être soumis à des phénomènes de dégradations physiques (semelle de labour, tassement, ruissellement et érosion), de perturbations de la biodiversité qu’ils hébergent, d’accélération du déstockage de carbone et de lessivage des reliquats d’azote.

Consulter Les pratiques culturales : couvert hivernal sur les sols agricoles en France

La fertilisation des sols

En 2017, la livraison d’engrais minéraux azotés atteint plus de 86 kg par hectare. Après avoir augmenté entre les années 1970 et 1990, cette quantité se stabilise, voire diminue légèrement depuis 2000, mais augmente à nouveau depuis 2011 (78 kg par hectare). L’adoption de plans d’aide aux agriculteurs, les actions mises en œuvre dans les zones vulnérables et les mesures visant à mieux valoriser les effluents d’élevage (modernisation des bâtiments, plans d’épandage) ont contribué à cette baisse.

Entre 1972 et 2017, l’utilisation des engrais phosphatés a été divisée par 4, pour atteindre 7,3 kg par hectare en 2017. D’importants investissements ont par ailleurs été réalisés pour la rénovation des stations d’épuration urbaines. Ces mises aux normes ont été rapidement suivies d’effet : les teneurs en phosphates ont été divisées par 2 dans les cours d’eau en quinze ans.

Qu’est-ce que la fertilisation des terres agricoles ?

L’apport régulier de fertilisants dans les parcelles agricoles est nécessaire afin, non seulement d’améliorer ou de conserver les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols par des amendements, mais aussi pour apporter aux plantes les éléments nutritifs essentiels à leur croissance grâce aux engrais.

Consulter Qu’est-ce que la fertilisation des terres agricoles ?
Le cadre réglementaire concernant l’azote et le phosphore

L’azote et le phosphore sont deux éléments nutritifs indispensables au développement des cultures. Ce sont uniquement les excès d’apports qui peuvent nuire à l’environnement. Par conséquent, il existe des réglementations visant à limiter à la fois les excès, les déplacements et des apports pertinents des engrais azotés et phosphorés à la bonne dose et au bon moment.

Consulter Le cadre réglementaire concernant l’azote et le phosphore
Les bilans azote et phosphore en France

En France, l’apport excessif en azote et en phosphore, provenant principalement de l’activité agricole pour le premier, et des eaux résiduaires urbaines pour le second, correspond au surplus dans l’environnement, aux rejets en mer et en eaux douces, pouvant conduire localement à des phénomènes d’eutrophisation et à la prolifération d’algues vertes.

Consulter Les bilans azote et phosphore en France
Les cycles biologiques des engrais azotés et phosphorés

L’azote et le phosphore existent sous différentes formes grâce à des processus de transformations cycliques entre les grands réservoirs que sont le sol, l’eau et l’air.

Consulter Les cycles biologiques des engrais azotés et phosphorés
Les livraisons d’engrais en France

En 2018, selon l’Observatoire pour la fertilisation minérale et organique, 18 millions de tonnes de fertilisants minéraux et organiques ont été commercialisés en France métropolitaine dont 11,5 millions de tonnes d’origine minérale et 6,5 millions de tonnes d’origine organique.

Consulter Les livraisons d’engrais en France

Ressources

Cet article vous a-t-il été utile ?

Ouvrir l'horizon