Les éco-activités et l’emploi environnemental

Les éco-activités regroupent les entreprises ou certains de leurs établissements, les administrations et associations dont l’objet est la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. Elles sont présentes dans les services (38 % de l’emploi), la construction (26 %), l’agriculture (19 %) et l’industrie (17 %).

Malgré un développement plus rapide depuis 15 ans, les éco-activités occupent une place encore modeste dans l’ensemble des activités économiques. Elles mobilisent 610 100 ETP (emplois en équivalent temps plein) en 2019, soit 2,3 % de l’emploi intérieur total en France. La valeur ajoutée générée par les éco-activités représente 2,1 % de celle de l’ensemble des branches. En excédent régulier depuis 2004, le commerce extérieur est en léger déficit en 2019 en raison d’une forte hausse des importations de véhicules électriques.

L’emploi dans les éco-activités se concentre dans l’agriculture biologique (113 900 ETP en 2019), les activités de maîtrise de l’énergie (101 200 ETP, ce qui inclut la rénovation thermique des logements), la gestion des déchets (89 100 ETP), la production d’énergie renouvelables (79 900 ETP) et l’assainissement des eaux usées (57 700 ETP). Ces cinq domaines environnementaux regroupent 72 % des emplois dans les éco-activités. L’emploi dans les activités de protection de la biodiversité et des paysages représentent encore une part limitée (3,1 % du total).

En France, la part des éco-activités dans la valeur ajoutée de l’ensemble des branches est inférieure à la moyenne de l’Union européenne (2,1 % contre 2,6 %). Le verdissement des activités économiques apparaît plus avancé dans les pays scandinaves (part de 6,7 % en Finlande) ainsi qu’en Autriche et en Estonie.

Accéder aux données

Les éco-activités et l’emploi environnemental en 2019

Article, Service des données et études statistiques, Juillet 2022

Consulter Les éco-activités et l’emploi environnemental en 2019