Actualités - Brèves

Sites humides en France : quelles évolutions depuis 2010 ?

Les zones humides fournissent d’importants services environnementaux et abritent de très nombreuses espèces. Une nouvelle évaluation de leur état a été réalisée pour la période 2010-2020. Elle révèle une dégradation de 41% des sites humides les plus emblématiques, ce qui conduit à s’interroger sur les causes et les conséquences de cette situation et sur les solutions pour y remédier.

Estimées à environ 4 % du territoire, les zones humides, espaces à l’interface entre l’eau et la terre, fournissent de nombreux services à la société (rétention des crues, épuration de l’eau, stockage du carbone, activités récréatives,…). Elles constituent, par ailleurs, de véritables sanctuaires de biodiversité où 40 % des espèces mondiales vivent et se reproduisent. Une évaluation des sites humides emblématiques métropolitains et ultramarins, conduite tous les dix ans, permet de suivre l’évolution de l’état d’un panel de sites représentatifs des zones humides en France.

Télécharger l'image de la figure 2716 (png, 194.4 ko)
Figure 2716 : Zones humides

La dernière opération révèle que 41 % des sites humides emblématiques ont vu leur état se dégrader entre 2010 et 2020. Les pressions grandissantes auxquelles sont confrontés ces espaces vulnérables (développement des activités humaines, expansion des espèces exotiques envahissantes, changement climatique…) influent sur leur état global et leurs fonctions. Aujourd’hui, 62 % des sites n’assurent plus les services qu’ils étaient susceptibles de rendre. Face à ces enjeux, les territoires s’organisent et innovent. Travaux de génie écologique, contractualisation, mobilisation collective des acteurs locaux sont autant de mesures qui peuvent concourir à la préservation de ces espaces essentiels pour la faune, la flore et le bien-être.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Ouvrir l'horizon