Actualités - Brèves

Diminuer la chaleur en ville, un vrai défi

Le phénomène d’îlot de chaleur urbain touche en majorité les grandes villes. Afin d’éviter la surchauffe en centre-ville, des organismes publics proposent des solutions concrètes à destination des collectivités territoriales.

L’îlot de chaleur urbain consiste en une élévation de la température de l’air de plusieurs degrés dans un centre-ville en comparaison des zones moins densément peuplées. Cette surchauffe urbaine est causée par plusieurs facteurs : des sols minéraux – asphalte, bitume – et des matériaux de construction qui absorbent la chaleur, la disposition des bâtiments qui limite la circulation de l’air… Ces îlots de chaleur provoquent de l’inconfort pour les habitants, mais les conséquences peuvent être plus graves pour les personnes fragiles.

Pour lutter contre les îlots de chaleur, il faut d’abord en comprendre le fonctionnement au niveau local. Les organismes publics se mobilisent : la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et l’Agence régionale de santé (ARS) de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont ainsi organisé deux webinaires sur les îlots de chaleur à destination des collectivités territoriales.

Le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) en a publié une synthèse en juin 2021 pour mieux comprendre et agir contre le phénomène d’îlot de chaleur. Autre exemple : le projet MApUCE, coordonné par le Centre national de recherche météorologique (CNRM), vise à réaliser des simulations climatiques dans les villes françaises pour mieux connaître les îlots de chaleur.

Ensuite, il faut développer une stratégie et des solutions : l’Agence de la transition écologique (Ademe) prend en compte les îlots de chaleur urbains dans sa démarche globale d’aide aux collectivités appelée « trajectoires d’adaptation au changement climatique des territoires » (TAACT) qui va du diagnostic initial à la mise en place de solutions.

En pratique, lutter contre les îlots de chaleur passe notamment par une végétalisation accrue des rues, l’ajout de points d’eau et l’amélioration de la circulation de l’air… mais pas n’importe comment : il faut par exemple choisir des espèces d’arbres et d’arbustes adaptées au changement climatique. C’est le travail de conseil mené par le Cerema dans le projet Sesame.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Ouvrir l'horizon